Pour tenir dans la lutte qui oppose les deux seuls grands pays d’Europe restés démocratiques à un régime de domination totale, quelques formes que le temps puisse donner à cette lutte, il faut avant tout avoir bonne conscience. Ne croyons pas que parce que nous sommes moins brutaux, moins violents, moins inhumains que ceux d’en face nous devons l’emporter. La brutalité, la violence, l’inhumanité ont un prestige immense, que les livres d’école cachent aux enfants, que les hommes faits ne s’avouent pas, mais que tous subissent. Les vertus contraires, pour avoir un prestige équivalent, doivent s’exercer d’une manière constante et effective. Quiconque est seulement incapable d’être aussi brutal, aussi violent, aussi inhumain qu’un autre, sans pourtant exercer les vertus contraires, est inférieur à cet autre et en force intérieure et en prestige; et il ne tiendra pas devant lui.

Simone Weil, fragment written probably in September 1939. Words to the wise.

(As I work on my book I’m having to check all translations of Weil, which are notoriously variable in quality and accuracy, against the original texts. If you struggle to read this, welcome to my world. But it’s great.)